Home » Etudes » Marketing digital, 23% des PME ne savent pas à qui faire confiance

Marketing digital, 23% des PME ne savent pas à qui faire confiance

Une enquête réalisée auprès de PME américaines par le site reply.com vient confirmer la difficulté pour les PME de s’orienter et de faire des choix quant à leurs actions en emarketing.

Dans cette infographie, nous avions vu que 54% des PME ont besoin d’aide sur les médias sociaux. Il apparait que c’est pour tout ce qui concerne le web marketing qu’elles en ont besoin !

Voyons quels sont les chiffres qui apparaissent significatifs dans l’étude :

1-. Les budgets marketing

budget-marketing

Plus de 4 PME sur 10 dépensent moins de 1.000$ en marketing. Cela fait un chiffre mensuel ramené en € entre 60 et 70€. C’est vraiment très, trop faible.

2-. Allocation de budgets supplémentaires

Il est intéressant de voir que lorsqu’il est demandé dans quel support serait dépensé un budget supplémentaire, les réponses varient fortement et ont des pourcentages restant dans une fourchette étroite.
choix-budgets-emarketing

3-. Où trouver de l’aide ?

Pour revenir à l’introduction du billet, le graphique suivant, les principales difficultés rencontrées, vis à vis du marketing digital, par les patrons de PME se situent à trois niveaux :

  • Le temps pour apprendre ou le faire bien par soi-même
  • Le nombre de canaux trop élevé
  • Savoir à quel vendeur faire confiance

difficultes-marketing-digital

Ce graphique peut expliquer en partie les précédents. Dans le doute, les entrepreneurs peuvent imiter leurs dépenses en marketing et s’ils investissaient plus, ils ne sauraient pas trop dans quel support le faire.

Ces trois réponses sont représentatives de la situation de terrain.

a. L’apprentissage et le DIY

Bien que de plus en plus de formations soient organisées:

  • cela prend du temps d’y assister
  • il est difficile de savoir lesquelles sont de qualité et permettent l’apprentissage de choses concrètes et utiles
  • les formations sont généralistes et ne sont pas forcément spécifiquement adaptées au domaine d’activité de l’entrepreneur
  • elles sont parfois assez chères
  • enfin les publics dans ces formations ne sont en général pas homogènes, ce qui fait qu’elles restent souvent basiques.

Ensuite, pour ceux qui suivent ces formations, ils ne disposent pas de retour quant à leurs propres pratiquent quant ils essaient de prendre en charge leurs actions de marketing digital.

b. Les canaux

Il est difficile d’avoir une vue globale des outils web marketing. Sans cette vue globale qui permet de mettre en place une stratégie cohérente, on ne prend que des décisions tactiques et opérationnelles.

Le choix des canaux se fait alors au petit bonheur la chance, ce qui peut remettre en cause le ROI des actions entrepriseS.

c. La personne de confiance

Le marché est en pleine croissance, ce qui fait que chaque jour de nouveaux arrivants lancent des boîtes de conseils et consultance. Il est très difficile de séparer le bon grain de l’ivraie.

Une façon de faire serait de voir comment ces agences ou freelances mettent en pratique à leur propres situations ce qu’ils vendent comme nous avions posé la question : E-marketing, les cordonniers peuvent-ils être les plus mal chaussés ?

4-. Objectifs marketing réseaux sociaux

Enfin, lorsque l’on demande les objectifs qu’ils poursuivent dans leurs actions de social media marketing, ce sont l’acquisition et la notoriété + visibilité  qui ressortent en premier.

objectifs-social-media-marketing

Régis Vansnick

Régis Vansnick

Owner at Dkoop
Entrepreneur, formateur, conférencier et prof d'e-marketing CITATION favorite 'If you want to go quickly, go alone; if you want to go far, go together.' Dkoop agence E-marketing
Régis Vansnick
Régis Vansnick
— 26 juillet 2013

Plus de news